Darksiders II

  • Date de sortie: 21 août 2012
  • Développeur: THQ
  • Editeur: Vigil Games
  • Genre: Action/Aventure
  • Support: PC , Playstation
  • Pegi: 18 ans et plus

Souvenez-vous, c’est en janvier 2010 que THQ plaçait dans les bacs une nouvelle licence du nom de Darksiders. Dans ce jeu d’action/aventure, vous incarniez War, l’un des quatre cavaliers de l’apocalypse resté sur une terre frappée par la fin du monde (vous savez, celle qui nous attends fin de cette année). Darksiders fut une réelle surprise et connu un succès commercial à tel point que certains n’ont pas hésité à qualifier de chef-d’œuvre le titre du studio Vigil Games.

Dans ces conditions, inutile de vous préciser que la suite était fort attendue par la grande communauté de fans. Enfin, quand je dis suite, celle-ci n’en est pas vraiment une puisque dans ce deuxième volet, le joueur n’incarne plus War mais son frère Death.

Mieux qu’une suite, Darksiders II propose une histoire parallèle au premier volet dans laquelle Death essaye de laver l’honneur de son frère.

Alors que son ainé lorgnait beaucoup vers le beat’em all, Darksiders II propose de son côté un mix de genres qui, à défaut d’être originaux, ont le mérite de proposer un gameplay varié et intéressant à plus d’un titre. Le premier niveau a pour but de mettre en place le récit et de nous présenter le nouveau personnage, Death. Il sert également de tutoriel dans lequel on apprendra les capacités du héros ainsi que les rudiments du combat. Une fois cette étape passée, on se retrouve dans un monde que je qualifierais de semi-ouvert dans lequel on a le choix de se concentrer uniquement sur la quête principale ou de jouer la carte exploration en visitant les donjons ou en remplissant les quêtes annexes.

Tout comme Link dans Zelda, Death aura droit également à sa monture pour parcourir les plaines d’une carte qui est nettement plus grande que celle du premier volet. Si à un moment vous vous sentez perdu, il suffit d’un click sur le stick gauche pour que Dust, le corbeau qui vous accompagne, vous éclaire sur le prochain objectif à réaliser. Si le côté exploration et les énigmes à résoudre font immanquablement penser à Zelda, les combats, la gestion des compétences et le fait de pratiquer le loot pour trouver le meilleur équipement possible m’ont de suite fait penser à Diablo. La chasse aux trésors occupe donc une bonne partie du jeu et les coffres, bien qu’indiqués sur la carte ne seront pas toujours facile d’accès et il faudra alors user de son intelligence pour trouver le bon chemin.

Le système de combat permet à Death d’user soit de ses capacités physiques ou de ses compétences magiques. Les combats physiques sont très sanglants et la liste de combos, bien qu’un peu courte, permet de varier  un tant soit peu les attaques ou de placer des contres redoutables. Au final, les attaques de base sont assez efficaces pour que l’on n’utilise que celles là et du coup une certaine monotonie s’installe lorsque les combats s’enchainent.

La magie est souvent très utile, surtout contre les groupes d’ennemis, et il sera important de bien dépenser ses points de compétences pour adapter les sorts à son style de jeu. Cette remarque vaut d’ailleurs également pour développer l’arbre de ses capacités physiques. On remarque de suite que les développeurs ont voulu donner à Death un sentiment de puissance énorme, mais ce n’est pas pour autant que le héros est un gros pataud entouré de muscles. On lui trouvera une certaine souplesse lui permettant d’esquiver pour mieux contre attaquer et une habileté pour franchir les obstacles ou courir sur les murs à la manière du Prince de Perse.

Tout comme son prédécesseur, Darksiders II bénéficie d’un level design impressionnant et très soigné grâce notamment en partie à Joe Madureira, plus connu sous le nom de Joe Mad!, qui est un dessinateur de comics à qui l’on doit notamment Uncanny x-Men ou Battle Chasers. Death est un personnage au charisme évident et même si je trouve qu’il ressemble un peu à Raziel dans Legacy Of Kain (que je possédais sur Dreamcast), il a ma préférence par rapport à son frère. Si le titre est parfait au point de vue artistique, je mettrais cependant un bémol pour son aspect technique. La version Xbox360 présentait des petits soucis au niveau des textures qui avaient tendance à s’afficher tardivement. De plus, j’ai trouvé que les temps de chargement d’une zone à l’autre étaient trop présents et ce malgré une installation du jeu sur le disque dur de la console.

Mais finalement, peut on reprocher ce genre de chose à un titre si riche visuellement dont le moteur de jeu est certes vieillissant mais peut être aussi freiné par la limite de cette génération de console.

Au niveau de l’ambiance sonore, on frôle presque la perfection. La seule chose qui vient un peu entacher ce point, ce sont les voix françaises de certains personnages qui ne sont pas vraiment au top. En revanche, niveau musique, on bénéficie de nouveau du talent de Jesper Kyd (qui a notamment œuvré pour les OST de Hitman, Borderlands et la série Assassin’s Creed) qui arrive toujours par ses compositions à proposer une ambiance qui colle parfaitement au jeu.

Bon, c’est vrai qu’il y a parfois des thèmes qui donnent l’impression d’avoir déjà été entendu dans les autres jeux pour lesquels il a travaillé, mais il ne doit pas être évident de se renouveler sans cesse. Après l’artbook  qui sortira en novembre, il ne m’étonnerait pas que je fasse l’achat également de l’OST de Darksiders II.

Avis final :

Il est vrai que l’effet de surprise du premier volet a perdu de son charme, mais ce Darksiders II n’en est pas moins épique. A titre personnel, le jeu a largement dépassé toutes les attentes que j’avais et je ne peux que saluer tout le travail que  Vigil Games a réalisé. THQ démontre de son côté qu’il est encore possible de miser sur de nouvelles licences et qu’en prenant le temps et sans ménager ses efforts, il est possible d’élaborer un titre solide.

Si un troisième volet devait sortir (on peut rêver, les cavaliers de l’apocalypse étant au nombre de quatre) j’aimerais cependant que l’histoire soit un peu plus travaillée et aussi plus cohérente.

PS :  ne passez pas à côté de ce titre, vous seriez pris pour un fou !

 

 

 

Une pensée sur “Darksiders II

  • mai 1, 2017 à 4:47
    Permalink

    salut
    Cette année j’attendais avant tout la révélation de nouveaux jeux, de nouvelles expériences, ou alors la révélation de suites très attendues comme éventuellement un The Darksiders 2, un Beyond Good and Evil 2 ou un Heavenly Sword 2 .
    Un The Witcher 2 adapté sur consoles serait bienvenu aussi Curieux aussi du spin-off de Alan Wake toujours développé par Remedy…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *